Le Tour du Monde de la famille DAGICOUR

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Bilan TDM

Fil des billets

lundi, octobre 13 2014

Familles en tour du monde 2014/2015

Cinq auparavant c'était nous qui étions entrain de parcourir le monde avec nos deux enfants alors agés de 10 et 7 ans. Cela nous parait bien loin maintenant, et c'est en découvrant ces nouvelles familles sur le départ qu'on réalise que nos enfants ont bien grandi...

La roue tourne et c'est maintenant 3 familles que nous vous proposons de suivre dans leurs voyages autour du monde:

D'abord la famille Hélias (www.laterredansleguidon.fr) que nous avons rencontrée l'été 2013 lors de notre traversée de la France à vélo. Nous partageons ensemble le gout du vélo et du fameux tandem Pino . Ils vont mixer voyage à vélo et sacs à dos.

Il y a ensuite la famille Leblond (www.leblondcoin.fr) qui vient tout juste de démarrer leur tour du monde par la Namibie. Vincent est aussi un collègue de travail chez Airbus.

Enfin Il y a celle de Cécile (menville-trotters.blogspot.fr), encore une airbusienne, qui a démarré son tour du monde par l'équateur

dimanche, novembre 18 2012

Faire l’école en voyage (un an)

Les contraintes administratives : avec des enfants de primaire, la difficulté n’est pas insurmontable. L’instruction est obligatoire, mais pas forcément l’école. Il suffit d’envoyer une lettre au maire et à l’inspecteur académique quelques mois avant pour préciser les raisons et les dates à partir desquelles l’enfant n’ira plus à l’école. Vous recevez ensuite un courrier des autorités éducatives rappelant que vous encourez les foudres éducatives (forte amende et même peine de prison !) si vous n’éduquez pas votre enfant. Dans notre cas, nous avons reçu un courrier de l’inspecteur demandant un rendez-vous à votre retour pour valider le travail fait par l’enfant pendant cette année sabbatique, pour lui permettre d’aller dans la classe supérieure. Les familles qui voyagent seulement six mois n’ont pas forcément cette contrainte, surtout si le voyage se termine avant la fin de l’année scolaire, auquel cas l’enfant peut réintégrer sa classe, ce qui est bien pratique. Enfin, dans notre cas, une assistante sociale est venue à notre domicile vérifier les raisons de la déscolarisation des enfants.

Le matériel scolaire : quand on veut voyager léger comme nous, on ne peut se permettre de prendre des cours par correspondance. Le CNED impose 10 kg en plus de matériel scolaire, et le renvoi régulier des devoirs. Difficile à concilier avec le nomadisme en transports en commun, ou en vélo. Plus facile en camping-car et en voilier.  Comme les enfants n’étaient pas encore au collège, nous avons seulement pris des cahiers d’exercice (cahiers du jour et du soir) en maths et français, ainsi que le programme pour le CE1 et CM2.  Donc, non, le CNED n’est pas obligatoire.

Le rythme scolaire : nous avions décidé de travailler une heure par jour quoiqu’il arrive, 365 jours. Quand nous ne pouvions vraiment pas faire autrement, nous rattrapions les jours suivants. On ne vous cache pas que cela a été le plus dur du voyage : démotivation des enfants quand on travaillait face à la plage, dans une ambiance de vacances. Bruit et déconcentration pour le plus jeune, avec le problème de l’absence de table pour travailler quelquefois. Alors, oui, même si nous avons eu l’impression de couvrir à peu près les principaux points, la mémorisation du plus jeune n’était pas optimale et je constatais avec horreur qu’il oubliait au fur et à mesure. Pour la grande qui avait un excellent niveau en partant, la rédaction du carnet de voyage une fois par semaine était un incontournable, à côté de ses exercices.

Le bilan : Difficile de généraliser selon les enfants. L’examen des inspecteurs s’est bien passé. Dans notre cas, le voyage n’a pas réellement changé ce qui existait avant le départ : Tom a gardé ses lacunes en calcul, qu’il a ensuite comblées l’année suivante. Par contre il a lu beaucoup plus ! Quant à sa sœur, elle a sauté une classe en revenant, preuve que ce voyage ne l’avait pas pénalisée.

dimanche, janvier 16 2011

Compensation carbone avec un projet de recyclage à Madagascar

En imprimant notre livre, nous nous sommes engagés à verser 10% du prix du livre dans un projet de compensation de nos émission de carbone produites par ce tour du monde. Avec environ 400 livres vendus en ce début d'année 2011, nous avons déjà pu verser 1000 euros à actioncarbone.org.

Nous avons choisi de soutenir le projet de recyclage des ordures ménagères et la fabrication de compost à usage agricole à Madagascar. Le projet consiste à promouvoir une gestion durable des déchets et des pratiques agro-écologiques. Les déchets sont collectés en ville et entreposés dans des décharges où leur fermentation est assistée pour limiter les émissions de méthane. Ensuite, les déchets passent au cribleur pour produire un compost organique vendu localement pour le maraichage.

Le projet a créé une petite entreprise (120 employés). Nombre de ces emplois sont occupés par d’anciens informels travaillant sur la décharge. À terme, ce projet permettra d’éviter l’émission d’environ 150 000 tonnes équivalent CO2 en dix ans. Partenaire ONG locale : Gevalor

 

jeudi, septembre 23 2010

Les familles qui partent accomplir un Tour du monde en 2010

Quelle joie de servir d'exemple à notre tour pour les familles partant cette année. Ils nous ont posé des tas de questions, de l'organisation des sacs, en passant par la scolarité et les bons tuyaux. Des aventures donc à suivre en ce moment sur la période 2010-2011.

Lire la suite...

lundi, juillet 26 2010

Liste de nos hôtels, auberges ou autres campings

Voici une liste des hôtels, auberges ou autres campings dont nous avons gardés une trace et qui pourront servir aux futurs voyageurs. Cela concerne les pays suivants: Equateur, Pérou, Bolivie, Argentine, Chili, Singapour, Malaisie, Thailande, Laos, Cambodge, Vietnam, Chine, Népal, Namibie, Afrique du Sud.

Lire la suite...

- page 1 de 2