Pédaler près de 1300 kms en trois semaines, avec nos deux enfants de 11 et 14 ans, tel est le nouveau défi que nous nous sommes fixés cet été 2013. Pure folie ? Pas forcément, car nous avons emprunté majoritairement des pistes cyclables ou des véloroutes bien fléchées. Pour ceux qui auraient l’idée de faire la même chose, voilà les différentes étapes de ce parcours, achevé il y a quelques jours.

De 2013-07-velocean-photos

J1 : Gouville sur Mer-Jullouville (56 kms) Départ de la Manche, après avoir déposé notre voiture chez Papi et Mamie.  

J2 : Jullouville-Mont St Michel  (66 kms) : la Normandie, ce n’est pas plat ! Mais quel bonheur de découvrir le Mont le soir après 18h, on peut y aller en vélo sans emprunter la navette.

Jour 3 : Mont-St Michel- Betton sur le canal de la rance (71 kms) en Bretagne : l’étape la plus dure, des montées et descentes. Dans quelle galère on s’embarque,  se demandent les enfants…Heureusement, ce soir, c’est pizza avec Alexys et Valérie (du réseau de cyclistes warmshowers)

Jour 4 : Betton-Bourg des Comtes (45 kms) : étape facile le long du canal. Merci à Jérôme et Delphine, une famille de futurs tourdemondistes, de nous prêter leur accueil pour ce soir.

Jour 5 : Bourg des Comtes-Redon (62kms) : il pleut, il pleut ! Mais la crêperie de Guippry Messac nous réconforte.  Ce soir, c’est Coralie et Laurent qui nous hébergent et nous découvrons émerveillés leurs créations. (http://www.colorant14.net/)

Jour 6 : Redon-Pornichet  (71 kms) : dur, dur le vent en face. Longue étape.

J7 : Journée de pause à Pornichet avec nos amis, ouf

J8 : Pornichet-Pornic  (56 kms) : leçon du jour : NE JAMAIS PASSER LE PONT DE SAINT NAZAIRE A VELO QUAND IL Y A BEAUCOUP DE VENT. Nous sommes hébergés par nos amis de la Fraiseraie, rencontrés pendant le tour du monde.

J9 : Pornic-Noirmoutier (76 kms) : on aime l’Eurovélo 1, qui va nous accompagner jusqu’à Lacanau en Gironde. La traversée du Goix s’impose, même s’il y a beaucoup de voitures.

J10 : Noirmoutiers-Saint Gilles Croix de vie (51 kms) : que du bonheur dans les pins

J11 : St Gilles Croix de Vie-Jard sur mer ( 63 kms) :  partie très agréable et très jolie, avec la baignade aux Sables d’Olonne.  On aime la Vendée et ses belles pistes cyclables!

J12 Jard sur mer-Esnandes (Charente Maritimes) (75 kms) : une vingtaine de Kms dans les pins, puis des champs de blé.

J13 Esnandes-Rochefort : 56 kms. Cela vaut le coup de découvrir la Rochelle, l’Hermione à Rochefort, et le camping municipal de Rochefort est le moins cher de tout le parcours !

J14 : Rochefort-Saint-Palais sur mer (65 kms) : on a aimé le transbordeur de Rochefort, les oiseaux (cigognes !) des marais de Marennes, les pins et plage de la Palmyre.

J15 : Jour de repos à Saint-Palais.

J16 Saint-Palais – Hourtin plage (64 kms) : On retrouve la pluie après avoir passé très facilement la Gironde sur le bac entre Royan et le Verdon. Encore de belles pistes cyclables dans la forêt. La leçon du jour : NE JAMAIS LAISSER LES VETEMENTS DANS UNE SECHEUSE DE CAMPING (cinq étoiles) SANS SURVEILLANCE. On s’est fait voler la moitié de nos vêtements…

J17 Hourtin-Lacanau (40kms) : Encore de magnifiques pistes cyclables au milieu des pins et des cigales, mais qui a dit que les Landes étaient plates ?

J18 Lacanau-Bordeaux  (67 kms) : On quitte l’Eurovélo 1 pour une piste cyclable rectiligne. Le camping international de Bordeaux est un peu dur à trouver.

J19 Bordeaux-La Réole (85 kms) : c’est magique de longer les quais de Bordeaux sous le soleil. La piste Bordeaux-Sauveterre est très chouette.  Mais la partie Sauveterre-la Réole est plus dure (15 kms).  Bon camping à la Réole, simple et pas cher.

J20 : la Réole-Sérignac  (70 kms) : la plus grande partie du canal de l’entre deux mers est ombragée. Nous dormons à l’aire naturelle de camping gratuite de Sérignac, à deux pas du canal. Mais nous seront dérangés le soir par les joyeux pétanqueurs sérignacais.

J21 : Sérignac-Moissac (71 kms) :   à voir le pont canal d’Agen, et celui de Moissac. Le camping de Moissac est sympa (piscine)

J22 : Moissac-Fonsorbes (94 kms, notre record !) Moissac-Toulouse  n’est pas la plus jolie partie du canal. Mais quelle joie d’arriver enfin dans  un bon lit silencieux ! 

Le bilan

Les plus Les moins
  • Environ 1300 kms dont 90% de pistes cyclables, c’est très faisable en trois semaines, même avec des enfants de 11 et 14 ans. Du moment qu’il y a des compensations (nourriture et boissons, piscine)
  • Campings avec douches et piscines bien souvent, raison pour laquelle nous n’avons pas bivouaqué.
  • Les rencontres, notamment chez les « warmshowers » peuvent être providentielles, en particulier quand il pleut.
  • Une tablette peut servir, dans laquelle on aura pris soin de télécharger quelques cartes utiles (Normandie, Bretagne).
  • Les campings se sont révélés bruyants dans l’ensemble en plein été. Arriver avant 17h dans les endroits touristiques en plein été.
  • On était trop chargés, avec nos dix sacoches : une seule paire de chaussures (ou sandales) suffirait, et seulement un poncho de pluie par personne.
  • C’est un peu fastidieux de faire les courses tous les jours, voire deux fois par jour pour des problèmes de réfrigération en été.
  • Prendre un réchaud à gaz de bonne qualité, avec la bonne recharge. Nous comptions un peu sur notre réchaud à bois, mais c’est interdit en été dans les campings en France.
  • Ne pas sous-estimer les distances. Nos calculs étaient régulièrement 10 kms en dessous de la réalité quotidienne.