Le Tour du Monde de la famille DAGICOUR

Aller au contenu | Aller au menu | Aller à la recherche

Mot-clé - Patagonie

Fil des billets

mardi, octobre 20 2009

El Chalten, capitale argentine de l'alpinisme

Le jeudi 16 octobre, nous gagnons en voiture de location El Chalten, connu surtout par les alpinistes pour son célèbre Fitz Roy (3405m) et le Cerro Torre (3102m). Le ciel est pur et nous pouvons apercevoir la chaîne des glaciers tout le long des 230 kms séparant El Calafate d' El Chalten. C'est incroyablement beau et nous faisons encore photo sur photo, sachant que cela ne va pas durer. Sur les 50 derniers kilomètres, la route est complètement droite et fonce droit sur le Fitz Roy.

El Chalten signifie la montagne qui fume chez les indiens Tehuelches, elle a donné son nom au village qui a été créé il y a une dizaine d'années à peine. Plein de maisons sont encore en construction, on a l'impression d'être un peu au bout du monde ici.

      El Chalten en 1994

Après une bonne nuit de sommeil dans la confortable auberge Albergue Patagonia, nous voilà prêts pour une bonne ballade de 3h30 au lago Capri, en traversant la forêt de « lengas », les arbres d'ici. Tout en marchant, Alice et Tom échafaudent des plans pour échapper aux pumas si ils nous attaquent, car le gardien du parc nous a prévenu de faire attention. Rien de tel pour éveiller l'imagination... Faute de pumas, nous n'échapperons pas au vent qui souffle de façon démoniaque: encore un peu et nous nous envolions, Alice et moi (Anne)!

La vue sur le Fitz Roy est splendide et on imagine les difficultés des alpinistes pour la gravir. Les Français ont été les premiers dans les années 50 à la vaincre. Le premier pic à gauche du Fitz Roy porte d'ailleurs le nom de l'alpiniste français Poincenot qui perdit la vie dans l'une de ces ascensions. Mais d'autres pics autour du Fitz Roy portent aussi des noms de Français célèbres, Mermoz (2732m), Guillaumet (2579m) et Saint-Exupery (2558m), en hommage aux aviateurs qui ont survolé ces montagnes du temps de l'aéropostale reliant Punta Arenas en Patagonie à Buenos Aires et l'Europe. Antoine de Saint-Exupery a d'ailleurs été directeur de l'Aeropostale Argentina entre 1929 et 1931.

De 05-Argentine-Patagonie Australe
De 05-Argentine-Patagonie Australe

Le vent se renforçant et les nuages commençant à couvrir la montagne, nous préférons sagement rentrer à l'auberge pour le pique nique. Le soir, nous retrouvons Sophie et Jean-Baptiste pour prendre un thé, c'est un peu devenu une habitude!

Le lendemain le vent est toujours violent, et nous renonçons à faire une dernière balade. Dommage pour les enfants car alors la séance de devoirs sera plus longue!

Malgré sa météo capricieuse, El Chalten est formidable pour la marche: il y a des randonnées pour tous les niveaux et malgré l'altitude basse (500m), nous avons l'impression d'être en haute montagne; peu de risque de souffrir du mal des montagnes.

Sur le chemin du retour vers El Calafate, nous manquons d'écraser un tatou qui traverse la route. Comme dit Alice c'est le croisement entre une tortue et un hérisson.

De 05-Argentine-Patagonie Australe

Hélas, il nous faut repartir vers Punta Arenas, au Chili, pour tenter d'avancer notre vol retour vers Puerto Montt, car le temps s'annonce des plus médiocres (neige..) Pour les autres tourdemondistes qui liraient cet article nous recommandons de réserver un vol depuis El Calafate desservant au choix Buenos Aires ou Bariloche. Mais il y a aussi la solution bus pour les plus téméraires: 33 heures tout de même!

lundi, octobre 19 2009

Le Perito Moreno en Patagonie Australe

Punta Arenas, à l'extrême sud du Chili, se situe en bordure du célèbre détroit de Magellan. A cet endroit, le détroit est si large qu'on ne voit pas l'autre côté de la rive. Quand nous y atterrissons le mardi 13 octobre, il neige encore un peu et la température n'est que de...4?c!

Il nous faut encore trois heures de bus pour atteindre Puerto Natales, en bord de lac. Nous n'y restons qu'une nuit car l'objectif est de rallier au plus vite le célèbre glacier Périto Moreno, côté argentin, tant que la météo est bonne à El Calafate. Le passage de frontière (pour la troisième fois!) se passe bien, il fait très beau (enfin!)et nous avons une vue magnifique sur les chaînes de montagne enneigées du Torrès del Paine que nous laissons derrière nous. Nous apercevons même nos premiers ? nandous ? au bord de la route, ces petites autruches américaines.

A El Calafate, nous posons nos sacs à l'Hostel de Los Manos dans une chambre avec salle de bain privée. Hélas, les prix étant élevés nous choisissons la chambre la moins chère, c'est à dire encore avec des lits superposés. 160 pesos (environ 32 euros), ce n'est peut-être pas trop élevé pour un séjour de 2 ou 3 semaines, mais sur un voyage de 1 an, cela compte! Nous sommes tous fatigués de ces derniers jours de transport, cela fait du bien de se doucher . Pour ce soir, nous nous contentons de rendre visite aux quelques flamands roses présents. Ici, le soleil ne se couche pas avant 21h...

Le célèbre glacier Perito Moreno se trouve à 80kms de la ville, et nombreuses sont les excursions proposées par les agences locales. Mais nous préférons nous y rendre par nous même, car en louant une voiture cela nous revient nettement moins cher, et ensuite cela nous permet de partir quand on veut, c'est à dire comme pour toute excursion, après la séance d'école avec les enfants. Enfin dernier argument, nous pouvons nous arrêter quand nous voulons et prendre des tonnes de photos en route... au prix évidemment de passer des heures à les trier!

ォ MAGNIFIQUE, EXTRAORDINAIRE, SUBLIME, MERVEILLEUX, TITANESQUE, GIGANTESQUE, MONSTREUX, BEAU, PARALYSANT, IMPRESSIONNANT サ. Nous avions vu de nombreuses photos du Perito Moreno, mais y être c'est vraiment différent, et dès le premier point de vue, nous sommes déjà subjugués.

Le Perito Moreno dans le parc de Los Glaciares est l'un des rares glaciers au monde qu'on peut admirer de la route et approcher facilement sans une expédition en bateau ou une grande randonnée à pied. Large de 5 kms sur 30 de long, haut de 60 mètres, c'est un monstre de glace blanche et bleue. De temps à autre, un morceau s'en détache, qui fait le bruit d'un grondement d'avalanche. Nous ne nous lassons pas de le contempler, depuis des passerelles aménagées à quelques centaines de mètres du glacier. Mon camescope est armé... au cas où un gros morceau se détache!

Alors que la plupart des autres glaciers dans le monde régressent, celui ci est stable et rejette autant de glace dans le lac qu'il en produit en amont. En fait le glacier descend peu à peu en se comprimant et épousant le fond de la vallée qui le conduit dans le lac Argentino. Au loin nous apercevons des petits points sur le glacier, ce sont une poignée de touristes qui ont opté pour un mini trekking sur le glacier. Nous prenons un catamaran pour être au plus près de la paroi de glace (300 mètres) car nous espérons assister à la naissance d'un iceberg. La vue est encore plus spectaculaire.

La petite plage de Muelle Wharf à 1km du glacier constitue un terrain de jeu idéal pour les enfants. Les icebergs sont tout près! Nous y restons facilement 3 heures: Tom et Alice faisant encore une énième cabane et jouant avec les morceaux de glace, tandis que nous admirons les petits icebergs qui en fondant se renversent et s'entrechoquent, nous faisant apparaître des formes nouvelles à chaque nouvelle .

Une autre excursion proposée dans le parc est une croisière sur le lac Argentino pour admirer notamment le plus grand glacier d'Argentine, le Upsala. Mais l'accès est devenu difficile suite à de nombreux effondrements du glacier et la formation de nombreux icebergs qui bloquent les bateaux à 15kms. Encore le réchauffement climatique! Nous remettons donc cette expédition à ... un autre tour du monde!