Tout a une fin. Après cette semaine de vacances à ne rien faire, il nous faut regagner Ranong, puis Bangkok en bus de nuit. Comme nous le dit une Thailandaise avec un certain humour, il y a bien un aéroport à Ranong mais pas d'avion! .

De 09 - Thailande - Phuket

Hélas, Maminou n'est pas du voyage, elle doit rentrer en France via Phuket. Nous lui confions nos souvenirs et les cahiers d'école complétés. Les enfants sont particulièrement tristes de la quitter, après ces dix jours passés ensemble. Nous nous donnons rendez vous dans cinq mois.

Il faut croire que le bus de nuit VIP ne vaut pas les bus cama en Amérique latine. Pour nous endormir, la télévision diffuse le discours du roi et les inaugurations du jour. Heureusement qu'il y a les publicités, c'est beaucoup plus drôle! Notre ravissante hôtesse s'avère être plus dragon que fée et c'est d'une voix stridente qu'elle nous tire de notre sommeil à ....4h30 du matin en nous retirant les couvertures manu militari. A peine jetés hors du bus, nous sommes plongés dans une foule compacte, sur fond sonore de sifflets et de hauts parleurs aboyant des phrases en thai. Bienvenue au terminal de bus de Bangkok. Un chauffeur de taxi nous amène à notre guesthouse (Taewez guesthouse dans le quartier de Tewet, http://www.taewez.com/) en un temps record et nous lâche devant notre hôtel sans prendre le temps de nous dire deux mots ni de nous redonner la monnaie. Par chance les chambres sont libres et nous pouvons regagner quelques heures de sommeil avant le matin.

La journée s'avère difficile pour nous tous. C'est le parcours du combattant pour Marcellin qui doit remplir plusieurs formulaires pour acheter les visas chinois, et partir à la gare nous acheter les billets pour Chang Mai. Pendant ce temps, j'essaye de faire travailler les enfants, puis nous mettons deux heures à atteindre l'Alliance française en bateau, à pied et en métro où nous espérons échanger nos livres français....sans succès, ils ne veulent pas reprendre les livres des enfants! Ce soir là, nous sommes vraiment épuisés et bien sûr c'est toujours dans ces moments là que l'un d'entre nous perd une des clés de la chambre...Ouf, on l'a retrouvée, finalement!

Mercredi 20 janvier : Nous n'avons plus qu'une journée pour visiter Bangkok car nous n'avons pas pu trouver d'autre train de nuit que ce soir! Autant dire que nous n'aurons pas vu grand chose. Nous laissons donc nos valises à l'hôtel pour reprendre le bateau taxi (on adore ce moyen de transport) sur la rivière Chao Phraya qui traverse Bangkok. A bord, il y a des touristes, mais aussi de nombreux moines à la robe safran et des Thais qui vont travailler.

Voici ce qu'écrit Alice sur Bangkok dans son cahier: « 

La Thailande est un lieu plein de surprises et chaque pas mène à un autre sujet de conversation et d'émerveillement. Les principales richesses du pays se résument généralement au temples qui accueillent une masse d'ornements, de fresques, de statues de bouddha sans pareil. A Bangkok, le palais royal abrite un bouddha de jade et le Wat Pho un gigantesque Bouddha couché de 46 mètres de long et 15 mètres de haut. En Thailande, c'est un roi qui régit le royaume et son portrait est dans toutes les rues.... Ici il y a des moines par millions, on les reconnaît grace à leur robe orange...»

 

Nous traversons aussi des marchés qui vendent plein de produits divers et variés, des crapaux (euh, ils en font quoi?) des tortues, des anguilles, des médailles de Bouddha....

L'après midi, c'est l'école en attendant de regagner la gare. Marcellin en profite pour discuter avec un employé de l'hôtel qui a vécu plusieurs années en France. Après le dîner à la gare, nous attendons le train

couchettes de 22h. La gare ressemble à toutes les gares du monde, il y a des bonnes choses à manger (nous trouvons même de gaufres!), mais ici les voyageurs vont se recueillir devant la statue de Bouddha et le portrait du Roi est bien sûr en bonne place. Nous ne dormons pas très bien dans ce train qui secoue terriblement, les néons ne sont pas éteints de la nuit et les toilettes donnent directement sur les rails... Nous n'arrivons à Chang Mai que le lendemain à .....14h !